Brève histoire de Croissy

Seigneur de Croissy, ce fut longtemps un bien grand titre pour un bien petit fief. : “un plat pays… sans coteaux exposés au soleil où mûrît la vigne, sans gras herbages où paissent les troupeaux… Seulement une lande pierreuse, une sablonnière nourrissant comme à regret de pauvres laboureurs.” ainsi le décrit ou l’imagine Jean-Charles Bonnet dont l’ouvrage fait référence. (Histoire de Croissy-sur-Seine 1894. Réédition Res Universis – 1991 – )
De fait, au creux de la Seine, qui était alors un obstacle plus qu’un lien, la seigneurie n’était guère étendue (1000 arpents, semble-t-il, l’arpent de Paris valant un peu moins de 35 ares) alors que l’on connaissait ici et là des fermes qui, à elles seules, embrassaient un territoire beaucoup plus vaste.
D’abord pêcheurs par la force des choses, les Croissillons ont vivoté au fil des siècles, sans prospérer vraiment… jusqu’à ce que des seigneurs entreprenants encouragent la culture, louant ou vendant des terres aux habitants qui lentement se détournèrent du fleuve pour devenir cultivateurs.
Nouvelle chance, quand de grands serviteurs des maisons royales, découvrant la beauté et la quiétude du site, vinrent y résider sans manquer d’attirer l’attention et les bienfaits de leur roi ou de leur reine, telle Anne d’Autriche … ce qui assura meilleure fortune à la seigneurie.
Puis les Maraîchers rendirent Croissy célèbre sur le carreau des Halles de Paris, y étalant carottes poireaux et navets, les fameux “légumes pot au-feu”, tandis que, sur nos bords de Seine, se pressaient les Parisiens du dimanche, canotiers, danseurs… et les “grenouilles” aussi, petites femmes enjouées et légères qui attiraient bien du monde dans le joyeux café de la Grenouillère.
Les Impressionnistes, eux, firent du lieu le berceau de leur art et ils l’ont immortalisé.
Dans la deuxième moitié du siècle dernier, les terres à carottes et les vastes champs cultivés ont fait progressivement place aux lotissements, aux pavillons, aux petites résidences et les 345 hectares du territoire sont aujourd’hui voués à l’habitation de près de 10000 Croissillons. …
La pauvre seigneurie est devenue une charmante ville